Les éléphants du Mouhoun (Burkina Faso)

éléphants fleuve Mouhoun

Une petite population encore viable

Les éléphants du complexe du Mouhoun vivent dans un chapelet de forêts situées le long du fleuve Mouhoun (Volta Noire) et de ses affluents. Ils ne sont plus que quelques centaines. Leur nombre est incertain car cela fait plus de 10 ans (2002) qu'ils n'ont pas été comptés, faute de moyens. Une récente enquête menée par l'Unité de Gestion des Deux-Balé et l'ONG Des Eléphants & des Hommes indique que les éléphants n'occupent probablement déjà plus les forêts situées dans le nord de leur aire de répartition. Le "parc national" des Deux-Balé, où ont été prises ces photos, est aujourd'hui leur refuge principal.

éléphants parc national Deux-Balé

Les menaces

La destruction et la fragmentation de leurs habitats naturels sont les principales menaces qui pèsent sur les éléphants du Mouhoun. La divagation du bétail, pourtant interdite, la coupe illégale du bois et l'empiètement des terres agricoles sont les pressions les plus fortes. Elles sont toutes liées aux activités humaines. Le braconnage est heureusement encore limité dans la région. Enfin, les conflits humains-éléphants constituent une problématique cruciale pour la conservation des éléphants et le développement régional.

éléphants Mouhoun

Les solutions

Elles ne sont pas simples ni faciles à mettre en oeuvre. Tout d'abord il est nécessaire que les habitats naturels restants soient bien préservés et que les activités illégales y cessent. Il faut également que les habitats naturels restent connectés entre eux pour que les éléphants puissent y circuler librement. Les corridors vers les autres populations d'éléphants, au Burkina-Faso, au Ghana et en Côte d'Ivoire doivent être rétablis. Pour y parvenir, l'adhésion et la participation des habitants est essentielle. Il est donc également nécessaire que les conflits humains-éléphants soient réduits et évités autant que possible, et que les activités valorisant les éléphants, la biodiversité et les aires protégées, génèrent de plus en plus de revenus pour les riverains. Le Ministère Burkinabé de l'Environnement et du Développement Durable et ses services, l'Unité de Gestion des Deux-Balé et les acteurs locaux impliqués dans la conservation de la nature et l'éducation à l'environnement, appuyés par des ONG ou institutions comme l'UICN ou Des Eléphants & des Hommes y travaillent.


Références :

  1. deselephantsetdeshommes.org/
  2. papaco.org/
  3. environnement.gov.bf

Crédits illustrations :

  1. Laure Berthon
  2. Julien Marchais
  3. Erica Rogers